Pages Navigation Menu

Conseil du Val d'Oise

COVID-19 – Message du Président de l’Ordre aux médecins

COVID-19 – Message du Président de l’Ordre aux médecins

Chers confrères, chères consœurs,
 
Depuis plusieurs semaines déjà, l’ensemble du corps médical est pleinement mobilisé aux côtés des patients pour faire face à l’épidémie du coronavirus Covid-19. Le Président de la République a rappelé à plusieurs reprises l’essentialité de notre mission. Je tiens, en tant que Président de l’Ordre des Médecins, à saluer votre engagement, qui fait l’honneur de notre profession aujourd’hui.

COVID-19-Message du président de l’Ordre aux médecins

Nous allons encore, dans les semaines à venir, à l’hôpital comme en ambulatoire, faire ce pourquoi nous sommes médecins : soigner, protéger, sauver des vies. Et je veux dire combien je sais que dans ce combat, nous médecins, sommes ceux qui, avec abnégation, faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger des vies.
 
Nos cabinets, nos cliniques, nos dispensaires, nos hôpitaux vont rester ouverts. Nous allons exercer le métier que nous avons choisi, et être présents partout, pour tous.
 
Mais je sais également, pour être comme vous engagé dans la lutte, combien nous avons eu le sentiment que l’on nous envoyait souvent au combat sans nous en donner les moyens. Sans que l’on soit en capacité de nous protéger et de protéger nos patients. C’est intolérable. Je n’ai donc eu de cesse d’obtenir du Gouvernement que des moyens soient déployés et que des protocoles clairs et cohérents soient édictés. Ils vont l’être.
 
Un certain nombre d’entre nous seront touchés, ne nous mentons pas. J’ai une pensée pour eux. Pour ceux de nos collègues qui, aujourd’hui, hospitalisés, luttent pour leurs vies. Pour leur famille également.
 
Après ce combat qui va durer, lorsque la victoire aura été obtenue, viendra le temps des rendez-vous politiques, car des explications devront nous être données ; des rendez-vous scientifiques aussi, car la science sans les acteurs de terrain reste trop éloignée des réalités ; des rendez-vous structurels enfin, car une fois de plus le système n’aura pu être porté à bout de bras que par l’engagement permanent et sans faille des professionnels de santé. Lorsque ce moment sera venu, nous ne pourrons plus entendre que l’économie doit primer sur la santé, que les impératifs budgétaires contraignent aussi les choix sanitaires. Cela nous le disons avec force, sans avoir le sentiment d’avoir été entendus, depuis plusieurs années. Après la crise, ces choix politiques fondamentaux, qui fondent notre pacte social, devront être sanctuarisés.
 
Mais l’heure est pour l’instant au combat. Nous allons le mener pour nos concitoyens. L’Ordre est pleinement engagé pour être à vos côtés.
 
Nous nous mobilisons pour vous transmettre des informations essentielles, claires et actualisées. Je tiens à cet égard à vous encourager à vous tourner, dès que cela est nécessaire, vers vos conseils départementaux de l’Ordre, par téléphone ou par voie électronique. Ils sont, depuis le début de cette crise, pleinement mobilisés au service des médecins de leurs départements, et sauront vous accompagner, quelles que puissent être vos interrogations.
 
Nous avons également appelé, aux côtés de l’Ordre des infirmiers et de Santé Publique France, les médecins n’exerçant pas aujourd’hui à rejoindre la réserve sanitaire. Nous avons directement pris contact avec tous les médecins concernés afin d’augmenter la capacité d’intervention de la réserve sanitaire et de lui donner les moyens nécessaires pour faire face à l’épidémie, notamment dans les EHPAD et les établissements de soins. Cet appel à la solidarité pourra contribuer à garantir à l’ensemble de la population la meilleure prise en charge possible.
 
Nous avons déployé des moyens financiers pour venir en aide individuellement à chaque médecin dans des conditions rapides. Le dispositif de l’entraide ordinale a en ce sens été étendu afin de venir immédiatement en aide à tout cabinet libéral faisant face à des difficultés de trésorerie dues à l’épidémie. Des instructions ont d’ores et déjà été données à vos conseils départementaux de l’Ordre.
 
Nous avons aussi plaidé et agi pour que les médecins libéraux confinés se voient proposer des garanties en termes de protection sociale. L’Ordre a notamment obtenu des assureurs et de la CARMF la disparition des jours de carence pour les médecins affectés par le coronavirus, qui pourront bénéficier d’une couverture assurantielle dès le premier jour de leur confinement éventuel.
 
Nous sommes aussi, dans vos départements comme au niveau national, à votre écoute pour faire remonter aux autorités les informations du terrain.
 
Le pays compte sur nous, médecins, pour affronter cette épidémie. Je sais, que malgré les difficultés, malgré les risques, nous saurons répondre collectivement et individuellement au défi sanitaire le plus important que notre génération aura eu à connaître.
 
Je vous prie de croire, plus que jamais, en l’expression de mes sentiments confraternels.
 
Dr. Patrick Bouet