Pages Navigation Menu

Conseil du Val d'Oise

VIH-HEPATITES-IST : SEMAINE DU DEPISTAGE

VIH-HEPATITES-IST : SEMAINE DU DEPISTAGE

Rappel des recommandations de dépistage du VIH, des hépatites virales et des autres infections sexuellement transmissibleset des recommandations sur les vaccins VHB, VHA, HPV

  1. Le dépistage du VIH

L’Inserm estime à environ 173 000 [171 000 – 175 000] le nombre de personnes vivant avec le VIH, dont 24 000 [22 000 – 26 000] méconnaissent leur infection.

Près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont toujours trop tardives : 30% des personnes ont été diagnostiquées en 2017 à un stade avancé de l’infection à VIH (stade clinique de sida ou nombre de lymphocytes CD4<200/mm3, hors primo-infection). La moitié des découvertes de séropositivité (52%) ont concerné des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant. Dans les populations où un dépistage régulier est recommandé (hétérosexuels nés à l’étranger et HSH), cette proportion est respectivement de 68% et 33%1.

Dans un contexte de prévention diversifiée du VIH (préservatif, prophylaxie préexposition -PrEP-, traitement post-exposition -TPE-, « treatment as prevention» -TASP-), le dépistage du VIH doit donc être encore intensifié, notamment auprès des publics les plus vulnérables, afin de réduire le nombre de personnes qui ignorent leur séropositivité et leur permettre de bénéficier d’un traitement antirétroviral, pour un bénéfice à la fois individuel et collectif.

L’ensemble de ces mesures permettra de réduire à termes le nombre de nouvelles contaminations par le VIH, qui sera suivi ensuite par une diminution du nombre de découvertes de séropositivité.

Les dernières recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) de mars 2017 sur la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France sont résumées dans le lien ci-après donnant accès à la synthèse en 3 pages.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2017-03/dir2/reevaluation_de_la_strategie_depistage_vih_-_synthese_reco.pdf

Le document « Que savoir sur le dépistage du VIH » de Santé publique France est accessible par le lien ci-après.

http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/829.pdf

 

  1. Le dépistage des hépatites virales B et C

Concernant l’hépatite virale C, le nombre de personnes ayant une infection chronique par le VHC (ARN VHC+) a été estimé à 133 500 [56 900-313 000] en 2016, soit 0,30% de la population générale métropolitaine. Parmi ces personnes, 26 000 [5 900-74 000] méconnaissent leur infection. En 2016, le nombre total de tests anti-VHC réalisés a été estimé à 4,1 millions [IC95% : 3,9-4,4], soit une augmentation de 14% par rapport à 2013, sachant que ce nombre avait déjà augmenté de 6% entre 2010 et 2013. Rapporté à la population France entière, le nombre de tests Ac anti-VHC réalisés en 2016 a été estimé à 62 pour 1 000 habitants.

Le rapport de 2014 sur la prise en charge des personnes infectées par les virus de l’hépatite B ou C propose des recommandations en matière de dépistage des hépatites B ou C :

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_Prise_en_charge_Hepatites_2014.pdf(page 68 correspondant à la page 36 version papier)

Les recommandations de la HAS sur le dépistage de l’infection par le virus de l’hépatite C en France  sont résumées dans le document de synthèse accessible par le lien ci-après.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-05/place_des_trod_dans_la_strategie_de_depistage_de_vhc-_rapport.pdf: page 77 et suivantes.

Ces recommandations seront actualisées par la HAS courant 2019. 

La prévalence de l’hépatite B chronique(Ag HBs positif) est estimée à 0,30% [IC 95% :0,13-0,70] en 2016, soit environ 135 000 personnes infectées [IC95% : 58 000-314 000], dont une proportion encore importante méconnaissent leur infection. En 2016, le nombre de tests réalisés pour recherche de l’Ag HBs a été estimé à 4,3 millions [4,0-4,6]. Après une croissance de 11% entre 2010 et 2013, ce nombre a augmenté de 14% entre 2013 et 2016.  Rapporté à la population France entière, le nombre de tests Ag HBs réalisés en 2016 a été estimé à 65 pour 1000 habitants, avec des taux particulièrement élevés en Ile-de-France (100/1000 hab.), ainsi que dans les DFA et en région PACA.

Les recommandations de la HAS sur le dépistage de l’infection par le virus de l’hépatite B en France  sont résumées dans le document de synthèse accessible par le lien ci-après.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2016-07/synthese_recommandation__place_des_tests_rapides_dorientation_diagnostique_trod_hepatite_b_2016-07-21_13-56-32_782.pdf 

  1. Dépistage des autres Infections Sexuellement Transmissibles – IST-

En 2016, ce sont environ 270 000 infections à Chlamydia trachomatiset 50 000 infections à gonocoques qui ont été diagnostiquées. Le nombre de diagnostics de ces infections a encore augmenté en 2017, ce qui est en faveur d’une augmentation de l’incidence, même si on constate une augmentation des pratiques de dépistage des IST, comme le montrent les données de l’assurance maladie (Sniiram SNDS) sur les dernières années. Rapporté à la population France entière, les taux de personnes dépistées pour Chlamydia trachomatis et pour la syphilis dans les laboratoires privés en 2017 sont plus importants dans les DOM et en Ile-de-France.

Pour le dépistage des infections à Chlamydia trachomatis, le lien en dessous donne accès à la synthèse des recommandations de la HAS de septembre 2018.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2018-10/synthese_reevaluation_de_la_strategie_de_depistage_des_infections_a_chlamydia_trachomatis.pdf

Pour le dépistage des infections à gonocoques, le lien en dessous donne accès à la synthèse des recommandations de la HAS de décembre 2010.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2011-03/synthese_gonocoque_vf.pdf

Pour la syphilis, le lien en dessous donne accès à la synthèse des recommandations de la HAS de mai 2007.

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/synthese_evaluation_a_priori_du_depistage_de_la_syphilis_en_france_2007_07_02__12_22_51_493.pdf

  1. Recommandations vaccinales VHB, VHA et HPV

La couverture vaccinale anti-VHB a fortement progressé chez les jeunes enfants de 24 mois (28% en 1998, 90% en 2016 pour trois doses), elle reste très insuffisante et sans progression chez les adolescents, dont moins de la moitié sont vaccinés. Seuls 63% des HSH fréquentant les lieux de convivialité gay en 2015 se déclaraient vaccinés contre l’hépatite B.

Le lien en dessous donne accès au calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018, dont celles contre l’hépatite virale B (VHB), l’hépatite virale A (VHA) et le papillomavirus humain (HPV).

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinations_2018.pdf

  1. En conclusion

Les différentes recommandations sur le dépistage du VIH, des hépatites virales et des IST les plus fréquentes sont résumées dans le chapitre « Prévention et dépistage » mis à jour en avril 2018 par le groupe d’experts dirigé par le Pr Morlat (lien en dessous).

https://cns.sante.fr/wp-content/uploads/2018/04/experts-vih_prevention-depistage.pdf

Affiche_semaine_depistage_generique

Affiche_A3_semaine_depistage_personnalisable2