Pages Navigation Menu

Conseil du Val d'Oise

Ouverture d’un relais Ecoute Santé du Secours Populaire dans le Val d’Oise

Ouverture d’un relais Ecoute Santé du Secours Populaire dans le Val d’Oise

La précarité ne concerne pas que les besoins alimentaires ou l’habitat. Elle s’accompagne également d’un accès médiocre aux soins1.

Le Secours Populaire a intégré l’amélioration de l’accès aux soins parmi ses actions de solidarité menées dans le cadre de lutte contre la pauvreté et les inégalités.

C’est ainsi que, suivant l’exemple déjà entrepris dans d’autres départements, la fédération du Val d’Oise du Secours Populaire Français a ouvert un Relai Ecoute Santé à destination de la population bénéficiant déjà d’aides solidaires.

Des professionnels de santé bénévoles sont désormais à l’écoute, dans un cadre confidentiel situé au siège de la Fédération à Saint-Ouen l’Aumône, des personnes ayant un problème de santé mais ne sachant pas où et comment se faire soigner. Les personnes sont également informées de leurs droits et aidées dans leurs démarches administratives pour obtenir une protection santé de qualité. Enfin le Relais Ecoute Santé va organiser des « Ateliers Santé » pour renforcer l’information sur les grands problèmes de santé, notamment ceux concernant la prévention et le dépistage.

Le projet prévoit l’installation progressive d’autres lieux d’écoute Santé afin de couvrir au mieux les besoins du département.

Le Secours Populaire Français fait appel à la solidarité des médecins du Val d’Oise dans plusieurs domaines.

  • En recrutant des médecins bénévoles pour animer des Relais Ecoute Santé.
  • En créant un réseau de soin où adresser en priorité les personnes.
  • En animant des ateliers santé

Confraternellement

Dr Patrice HERAIT

RELAIS ECOUTE SANTE

SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS

4 rue de l’Industrie

95310 Saint-Ouen-l’Aumône

Tél. : 06 75 13 28 44

Email : relai.ecoute.sante@spf95.org 

1Une enquête récente IPSOS-Secours Populaire Français a rapporté que parmi les foyers dont les revenus mensuels étaient inférieurs à 1200 € par mois, des difficultés financières étaient rencontrées par 64% pour payer certains actes médicaux mal remboursés par la sécurité sociale (notamment les prothèses dentaires et l’optique), et par 53% pour disposer d’une mutuelle santé complémentaire.

De plus, si les plus démunis sont comme toujours les plus touchés, une proportion non négligeable des foyers aux revenus plus élevés rapporte aussi des difficultés financières. Ainsi, pour l’ensemble de la population française, 35% déclarent avoir renoncé ou retardé l’achat d’une prothèse dentaire et 30% l’achat de lunettes ou de lentilles pour les adultes. De plus, les difficultés d’accès aux soins se sont aggravées au cours des dernières années selon deux tiers des personnes interrogées par rapport à un précédent sondage en 2008.