Pages Navigation Menu

Conseil du Val d'Oise

Lettre covid du 17 septembre 2021

Lettre covid du 17 septembre 2021

Dans le Val D’Oise

En Réa : 31 lits COVID sur 58 avec 4 patients EVASAN (en provenance des DROM/TOM)

Incidence : 96,1/100 000

R effectif : 0,78 en IDF (0,74 en France) 

Vaccination :   38% pour les 12-17 ans ; 69 700 jeunes concernés

              58,7% pour les plus de 18 ans  (34,1% deux injections)

              89,8% une injection en EHPAD (parmi les meilleurs IDF et de France)

Au niveau National

Circulation du virus diminuant pour la troisième semaine consécutive 

Incidence : 79,2 /100 000

20% de moins d’hospitalisations

80% des admissions en soins critiques  sont non vaccinées.

Vaccination complète : 81,7% (plus de 47millions)

Dans le monde

219 millions de cas, 4,55 millions de décès (risque de décès 2% double de la grippe)

En Europe : 45 millions de cas ; 975  000 décès

En France : 6,9 millions de cas , 115 752 décès

Nouveau variant à suivre « MU » isolé en Colombie détecté sporadiquement

Vaccination des 12-15 ans révolus

Le recueil de l’autorisation parentale n’est pas requis pour procéder à la vaccination des plus de 16 ans.

Pour les 12-15 ans, le professionnel vaccinateur doit s’assurer de l’autorisation donnée par au moins un des titulaires de l’autorisation parentale pour administrer le vaccin. 

En tout état de cause, en cas de vaccination, il est recommandé aux professionnels de santé de conserver l’autorisation parentale soit sous format papier soit en la mentionnant dans le dossier médical du patient. 

Ce formulaire est disponible sur la page suivante: https://solidarites- sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_-_autorisation_parentale_vaccin_covid-19.pdf.

Les cas de contre-indication médicale faisant obstacle à la vaccination contre la Covid-19

 Permettant la délivrance du certificat de contre-indication permettant de déroger à l’obligation vaccinale sont les suivants :

 Contre-indications inscrites dans le RCP :

  1. Antécédent d’allergie documentée (avis allergologue) à un des composants du vaccin en particulier polyéthylène-glycols et par risque d’allergie croisée aux polysorbates ;
  2. Réaction anaphylactique au moins de grade 2 (atteinte au moins de 2 organes) à une première injection d’un vaccin contre la Covid-19 posée après expertise allergologique ;
  3. Personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria et au vaccin Janssen).
  4. Personnes ayant présenté un syndrome thrombotique et thrombocytopénique (STT) suite à la vaccination par Vaxzevria

 Recommandation médicale de ne pas initier une vaccination (1ère dose) :

  • Syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique (PIMS) post COVID-19
  • Une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer la seconde dose de vaccin suite à la survenue d’un effet indésirable d’intensité sévère ou grave attribué à la première dose de vaccin signalé au système de pharmacovigilance (par exemple : la survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré …).

 Situations de contre-indication temporaire à la vaccination contre la Covid-19 :

  • Traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 ;
  • Myocardites ou péricardites antérieures à la vaccination et toujours évolutives.
  • Infection de moins de 2 mois à la Covid-19.

Le document attestant d’une contre-indication médicale est remis par un médecin ou par la médecine du travail à la personne concernée qui le transmet à l’organisme d’assurance maladie.

https://www.ameli.fr/sites/default/files/formulaires/762471/certificat_medical_de_contre-indication_a_la_vaccination_covid-19_-_s3188_-_specimen_-_sept_2021.pdf

  Les femmes enceintes peuvent désormais se faire vacciner dès le 1er trimestre de leur grossesse. Toutefois, leur vaccination ne peut être requise dans le cas de l’obligation faite aux professionnelles avant le début du 2e trimestre.

Campagnes de vaccination 

– En EHPAD

Rappel débuté le 13 septembre

– En milieu scolaire

Ne fonctionne pas comme attendu. Dans le Val d’Oise, sur 70 000 étudiants seulement 750 ont pris un rendez-vous.

– En entreprise

L ‘AMETIF a des soucis de commandes différées

Qui est responsable du contrôle de l’obligation vaccinale

Les employeurs sont chargés de contrôler le respect de l’obligation vaccinale par les personnes placées sous leur responsabilité, y compris pour les agents publics. Celles-ci doivent présenter le certificat de statut vaccinal ou le certificat de contre-indication lorsqu’elles ne peuvent, par dérogation, être soumises à l’obligation vaccinale.

Le non-respect du contrôle de l’obligation vaccinale par l’employeur est puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 € voire plus en cas de récidives.

Pour les autres personnes concernées par l’obligation vaccinale mais qui ne sont pas placées sous la responsabilité d’un employeur, les agences régionales de santé, en lien avec les organismes locaux d’assurance maladie, contrôlent le respect de cette obligation.

Pour faciliter la mise en place du contrôle de l’obligation vaccinale, une période transitoire est prévue : 

   Du 15 septembre au 15 octobre 2021 inclus, une tolérance est appliquée pour les agents et personnes ayant un schéma vaccinal partiel (au moins une dose pour un schéma vaccinal à plusieurs doses), et qui peuvent présenter un justificatif de résultat négatif d’un examen de dépistage virologique de moins de 72h ; 

 À compter du 16 octobre 2021, tous doivent présenter le justificatif d’un schéma vaccinal complet.

Contrôle vaccination des professionnels de santé

– Si salariat, l’employeur doit contrôler et décider d’une interdiction d’exercer 

– Si libéral, l’ARS contrôle, après réception de la part de la CPAM de la liste des médecins non à jour de la vaccination COVID 19, si constat d’une absence de vaccination,  l’information doit être donnée au CNOM qui demande au CD de convoquer le médecin, une action disciplinaire peut être engagée par le Conseil uniquement. 

Pendant le temps de l’instruction, le médecin ayant une action libérale peut continuer à exercer.

 Un arbitrage est en attente pour une suspension d’activité prononcée par le Directeur général de l’ARS.

La téléconsultation exclusive nécessité d’être vacciné

Faux certificats de vaccination

Attention aux piratages des e-CPS permettant l’établissement de faux certificats. Validez votre code sur votre téléphone portable la connexion par eCPS uniquement si vous en faite la demande.